livraison gratuite

Logo de Poupons et Cie, boutique pour bébé

Inscrivez-vous à notre infolettre et obtenez

10% de rabais

sur votre prochaine commande

à l'achat de 75$ et plus avant taxes.

 

Soyez sans crainte, votre adresse courriel ne sera jamais divulguée et vous pourrez en tout temps vous désabonner rapidement et simplement.
(Nous aussi on déteste le “spam”)

Non merci

La pression avec des enfants

Je dois avouer que je trouve difficile, parfois,  d’être maman. L’une des raisons, ce sont les enfants eux-mêmes, mais contrairement à ce que je m’attendais, ce n’est pas la principale cause. Ce que je trouve difficile, c’est d’avoir eu des enfants dans la société d’aujourd’hui.

Avez-vous déjà entendu quelqu’un vous dire : « ce n’était pas de même dans mon temps! » ou encore : « on n’avait pas ça dans mon temps! ». Je dois avouer que les choses ont bien changé. Le temps où un village élevait les enfants est rendu bien loin. Les gens d’une même famille peuvent maintenant avoir des méthodes de parentalité différentes.

Nous avons maintenant plus de connaissances sur le développement de l’enfant, tant physique que psychologique. Le parent moderne reçoit le message qu’il doit respecter son enfant dans son développement et, par conséquent, il doit rester informé de chacune des étapes, de chaque moyen de réagir et des différentes façons d’intervenir. On voit tout de suite que ça peut rapidement devenir une lourde tâche, et non pas qu’une petite lecture de table de chevet.

J’ai lu des livres et j’ai adopté une approche de parentalité dite proximale avec mes enfants. Et il y a bien des jours où je me dis qu’au temps de nos parents, qui n’étaient pas informés de tout ça, ça devait être bien moins lourd sur la conscience. Quoi qu’il en soit, je ne vais pas revenir en arrière sur les méthodes que j’ai choisies. J’ai pris cette décision en toute connaissance de cause.  

Maintenant que je connais toutes ces informations, je ne peux pas être en paix avec le fait de laisser pleurer mes enfants ou d’adopter des méthodes de punition dès l’âge de deux ans. Loin de moi l’idée de juger qui que ce soit, car je vous avoue bien honnêtement que je me mets ainsi bien souvent une pression de plus sur les épaules.

Au-delà de cette pression personnelle, il y a celle venant des autres. Quand je vais dans un endroit public avec mes enfants, ils ne doivent pas être turbulents. Ils ne doivent toucher à rien et ne doivent pas explorer. Lorsque l’on commence un emploi, on ne peut pas s’absenter pendant deux semaines, même si les enfants se sont passés une grippe qui vire en otite ou en bronchite. On doit toujours être disponible pour travailler. Il faut surtout performer, malgré les courtes nuits.

Dans le monde du parent d’aujourd’hui,  on doit veiller à ce que son enfant soit capable de parler avant même de marcher ou qu’il soit propre avant de savoir parler. Et pourquoi? Pour répondre à la mère qui te demandera à quel âge le tien a fait ça. Ou pour avoir l’air d’un bon parent parce que ton enfant est déjà capable de faire ça.

Il faut surtout se prouver que même si l’on est toujours disponible au travail, notre enfant ne manque de rien. Parce qu’après tout, c’est bien pour ce petit être que l’on travaille autant. Pour gagner un bon salaire, lui payer la meilleure école et le sport qu’il aura choisi. Pour ça, il faut une promotion et donc ne pas s’absenter quand ils sont malades et être toujours disponible même quand c’est le cours de natation. Une logique de feu créée par des gens sans enfants, j’imagine.

La société actuelle n’a plus rien à voir avec la société du passé. Informée, compétitive, calculatrice, comparative, intolérante et intransigeante voilà qui décrit bien la société d'aujourd'hui. Le parent 2.0 que je suis n’est pas parfait avec ses enfants mais il fait de son mieux. La société 2.0, elle, comment est-elle avec les parents? Fait-elle de son mieux?